XML, Gryphe et moi

à l’invitation de Raphaële Mouren (enssib), j’ai participé à la journée Biblyon 2012. Le véritable titre de ma participation était : « Problèmes méthodologiques et techniques pour le traitement des préfaces de Sébastien Gryphe », mais au fond tout se réduit à savoir quelles relations Gryphe, XML et moi allons bien pouvoir entretenir.

Illustration utilisée pour la communication autour de Biblyon 2012

Comme je débute sur ces questions, je pense que mon intervention n’a pas été bien claire. J’ai surtout cherché à mettre en avant les questions que je me posais, sans y apporter nécessairement de réponse. Disons que tout ceci est en construction.

Je n’ai pas rédigé de texte de mon intervention, mais je vous mets ici un document qui reprend les étapes de celle-ci dans un style assez télégraphique, mais qui néanmoins peut vous donner une idée de ce qui a été présenté.

Intervention biblyon 2012 r bats

View more presentations from Knitandb b

 

Au final, qu’en est-il de mes relations avec XML ? De faire cette intervention m’a permis de poser sur le papier des étapes à suivre, de prendre conscience de ce que j’aurais à réaliser pour mener une édition numérique des préfaces de Gryphe. Je pense maintenant pouvoir préparer un projet rédigé pour le département informatique de mon école et croiser les doigts ensuite pour que le projet oit retenu et que je bénéficie de leur aide et surtout de leurs compétences.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises dans l’intervention, il s’agit aussi de faire de la recherche en collectif et non plus isolée, comme nous le sommes souvent et ce faisant de faire un pont avec la démarche collaborative qu’était la publication d’un ouvrage du temps de Sébastien Gryphe.

 

« Le paratexte dans les éditions de Sébastien Gryphe », Chorea, mars 2012

Le 3 mars 2012, je suis intervenue au sein de l’association Cornucopiae, dans une séance de Chorea sur le thème des marges pour parler du paratexte dans les éditions de Gryphe.

Les notes prises pendant l’intervention par Anne Debrosse et Fanny Oudin (et relues par moi-même pour ce qui ets de mon intervention) sont maintenant disponibles sur le site de Cornucopiae, ICI. Les interventions sont présentées les une à la suite des autres. Vous aurez donc le bonheur de lire les textes suivants, avant ou après le mien.

  • Olivier Pédeflous : « Mémoires de l’encre. Pour une approche marginale de Rabelais. »
  • Vincent Jolivet : « La lecture de Montaigne par les libertins »

Merci encore à l’équipe de Cornucopiae pour l’invitation, pour l’organisation et bien sûr pour ce compte-rendu.

raphaëlle

HAL, Chorea et Biblyon

voilà, c’est fait, j’ai déposé mon premier article sur Hal ! J’y ai mis l’article écrit pour les actes de la journée « De peu Assez », qui avait eu lieu à la BIU-Lsh de Lyon : « Écrire ou ne pas écrire : Sébastien Gryphe auteur« .

Dans quelques semaines, je vous donnerai le lien vers le compte-rendu de mon intervention lors d’une des Marges de l’association Chorea.

Et la semaine prochaine, je participe à la journée Biblyon et j’interviendrais sur XML, Gryphe et moi. Je vous transmettrai ensuite le texte de l’intervention.

Et puis, sinon, que se passe-t-il ? eh bien, rien, parce que je n’avance pas, faute de temps. J’espère que l’été va me prmettre de lire, écrire et vous transmettre quelques données.

raphaëlle

 

 

Fiche de lecture : Martine Furno, Qui écrit ?

Martine Furno introduit cet ouvrage collectif par une différenciation entre l’auctorialité et l’autorité. Dans des travaux de recherche comme ceux de Foucault (1976: les mots et les choses et 1994 : Qu’est-ce qu’un auteur ?, in Dits et écrits, tome I) ou ceux de Chartier (1996 : Figures de l’auteur, in Culture écrite et société. L’ordre des livres : XIV-XVIIIe siècle), la notion d’auctorialité est au cœur de la définition de l’auteur, permettant une réflexion sur son statut social. «Ces études sur les figures d’auteur se sont fondées essentiellement sur deux modes de définition de celui-ci : une définition qu’on peut dire interne par l’acte d’écrire et l’objet produit, et une définition qu’on peut dire externe, à travers la lecture du texte et le regard de ce même lecteur sur l’auteur.» Martine Furno, p9-10.

Continuer la lecture de Fiche de lecture : Martine Furno, Qui écrit ?

Fiche de lecture : Raphaële Mouren, anthropologie de l’auteur

Edit du 04/05 : Quelle honte pour une bibliothécaire ! J’ai oublié de mettre la référence de l’article de Raphaële Mouren. Il s’agit donc de Raphaële Mouren, « Anthropologie de l’auteur de la première modernité », Cinquante ans d’histoire du livre De L’apparition du livre (1958) à 2008 : bilan et perspectives d’une discipline scientifique, Villeurbanne et Lyon : France (2008). Et vous pouvez lire cet article sur HAL où Raphaële Mouren a déposé son manuscrit auteur.

Dans cet article, Raphaële Mouren s’intéresse à l’auteur en tant qu’acteur du livre. L’auteur en ce sens peut donc être aussi bien l’auteur du contenu de l’ouvrage que l’éditeur ou l’imprimeur. « Il s’agit donc de s’attacher à l’histoire du livre savant au 16ème siècle, en s’attachant tout autant à l’étude des contenus qu’à celle de leurs conditions et leurs modalités de fabrication, car les deux sont indissociables. » p 3

Portrait de Pietro Vettori, source Wikipedia

Continuer la lecture de Fiche de lecture : Raphaële Mouren, anthropologie de l’auteur

Chemins détournés

il y a un an déjà, en février dernier, j’ai visité le musée de la Reine Sofia à Madrid et j’en ai profité pour faire un tour dans sa librairie. Complètement par hasard, je suis tombée sur la traduction en espagnol de « Mes livres » de Girolamo Cardano. Par curiosité mais aussi parce ce que je savais que Gryphe avait publié au moins un ouvrage de cet auteur (un peu par culpabilité aussi, car après tout j’étais à Madrid pour faire de la recherche sur Gryphe, pas pour écumer les musées), j’ai cherché dans l’index de l’ouvrage si Cardano parlait de Gryphe ; c’était le cas. Cardano évoque les deux de ses ouvrages qui paraissent chez l’imprimeur lyonnais.

Girolamo Cardano (source Wikipédia)

Continuer la lecture de Chemins détournés

Chorea

Samedi, je vais participer au séminaire Chorea organisé par l’association Cornucopiae. Le thème du jour est : les marges.

Baldassare PERUZZI, "Apollon et les Muses", (1514-23), Galleria Palatina (Palazzo Pitti), Florence (source : Web gallery of art et site web de Cornucopiae).

J’y parlerai, évidemment des préfaces signées par Gryphe. Ce sera l’occasion de refaire un peu le point sur mes statitsiques d’utiliser les quelques articles que j’ai pu lire depuis septembre, et surtout de rencontrer d’autres seiziémistes.

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter le lien suivant : http://www.cornucopia16.com/b-chorea-s%C3%A9minaire-pluridisciplinaire/

voilà, pour la petite minute de pub…

Fiche de lecture : Louise Katz

J’ai lu cet article (publié dans la revue Camenae, n° 1, en 2007) il y a déjà six mois, mais je n’ai pas réussi à vous livrer les réflexions sur Gryphe que cette lecture a pu susciter. Je me décide enfin, mais attention : article à rallonge. Il faut dire que je suis décidée à utiliser ce blog comme un véritable carnet de recherche et que de fait mes fiches de lecture, aussi longues soient-elles, doivent y figurer.

Marque de Josse Bade

Continuer la lecture de Fiche de lecture : Louise Katz

Appel à chercheurs 2012-2013

La BnF lance tous les ans un appel à chercheurs pour traiter de sujets se rapportant à ses fonds. Parmi tous les sujets proposés cette année, il y en  a pour tous les goûts, mais j’ai relevé ce qui peut intéresser les seiziémistes :

Continuer la lecture de Appel à chercheurs 2012-2013

Cornucopiae

Les carnets d’hypothèses sont un excellent moyen de se constituer un réseau. J’ai ainsi été contacté par une tout nouveau groupe de « jeunes » seiziémistes : Cornucopiae (la corne d’abondance).

Je vous conseille vivement d’aller jeter un coup d’oeil à tout ce que fait ce groupe. Petit tour d’horizon de leurs activités :

CHOREA : un séminaire pour doctorants seiziémistes, pluridisciplinaire. C’est l’occasion d’échanger avec d’autres doctorants sur l’état de ses recherches et par la même occasion de connaître un peu mieux le seizième en sortant de nos disciplines strictes.Je devrais participer à une session sur les thèmes des marges. Les préfaces de Gryphe rentrent tout à fait dans ce thème.

LE CARAVAGE, "Jeune garçon portant une corbeille de fruits", (détail), 1593-1594, Galleria Borghese, Rome (source : Web Gallery of Arts).

ECHO : des liens vers des enregistrements audios d’émissions radio, de conférences ou encore de lectures

LE VERGER : une revue bi-annuelle pour l’instant. Le premier numéro va sortir en décembre. Les articles seront accessibles en ligne depuis le site web. Le premier numéro est consacré à Rabelais et le second, pour lequel un appel à article a été lancé dernièrement, s’intéressera au thème de la libéralité.

MERCURII TALARIA : un fil d’actualités sur les parutions, bourses, appels à communication, conférences…mais aussi sur les événements culturels : concerts, expositions…C’est extrêmement utile et n’hésitez pas à leur envoyer des informations pour compléter ces actualités dans vos domaines.

Leurs projets ne s’arrêtent pas là, Cornucopiae voudrait aussi proposer des supports de cours pour les collèges et les lycées sur les textes du seizième. Je trouve que c’est une très bonne idée.

Pour ma part, je vais proposer dans cette association une rapide introduction à la bibliographie matérielle. J’espère pouvoir proposer aussi des ateliers utiles aux doctorants et chercheurs sur les logiciels de bibliographie, pourquoi pas sur le Cléo, HAL…et la diffusion des textes scientifiques. Bref, utiliser mes connaissances de bibliothécaire.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez contacter Cornucopiae via leur site web.

Par ailleurs, je suis assez intéressée par savoir si en tant que chercheurs, ou en tant que spécialistes d’une discipline ou d’un siècle, vous faites partie d’association de ce type. N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour m’en dire plus

Raphaëlle

 

Bibliothèques numériques : des outils à ne pas rater

Je me suis rendue compte que si je pense à consulter les catalogues des bibliothèques lyonnaises et parisiennes, le sudoc, les bases de données pour trouver des articles, voire même les catalogues internationaux (OCLC, KVK…), j’ai mis complètement de côté la consultation des bibliothèques numériques. Je vous propose donc un petit tour d’horizon de bibliothèques numériques à ne pas oublier de vérifier.

1)      Gallica : ça tout le monde y pense en France. On y trouve beaucoup de chose et surtout la possibilité de créer sa propre bibliothèque numérique, dans laquelle je peux indexer les ouvrages que j’y ajoute, ajouter des étiquettes, commenter, annoter…Ce service est vraiment très bon. Si vous vous intéressez plus largement à ce que propose Gallica, n’oubliez pas de vous abonner au fil RSS de leur blog.

2)      Europeana : là personne n’y pense ou presque. Et c’est dommage, car europeana ne conserve pas que des livres mais réunit tout un patrimoine numérisé venant de bibliothèques, archives, musées…Si bien qu’on y trouve des choses étonnantes : tel ce portrait de Gryphe, trouvé sur Europeana, indexé gryphe par la Bild Archiv Marburg. Sachez que vous pouvez écrire aux différents participants d’Europeana, comme vous écririez à votre bibliothécaire, pour avoir plus d’informations sur un document. C’est ce que j’ai fait pour ce fameux portrait. Malheureusement, personne n’a pu me renseigner sur l’ouvrage originel dans lequel est gravé ce portrait. D’ailleurs, je lance ici un appel, si quelqu’un a déjà vu cet ouvrage, faites-moi signe.

 »]

3)      Hathi Trust : c’est un partenariat entre des institutions de recherche et des bibliothèques américains qui dans l’objectif de préserver l’accès libre à un patrimoine numérisé ont monté cette bibliothèque numérique qui comporte plus de cinq millions d’ouvrages.  Là aussi, vous pouvez ouvrir votre propre bibliothèque numérique : « My collections ». Cette bibliothèque ne vous permet pas de télécharger le PDF de l’ouvrage mais vous pouvez le consulter en ligne. A vrai dire, vous ne pouvez pas faire grand-chose d’autre, mais c’est déjà bien utile.

4)      Google Books : Oui, c’est google, mais bon, c’est un bon moyen de trouver des ouvrages et de les consulter rapidement. Google propose le service « My library » pour constituer votre propre bibliothèque. Ce service vous est proposé dès la page de recherche, ce qui est bien pratique. Vous pouvez commenter l’ouvrage en général et le ranger dans des catégories précises (à lire, lu…) mais pas l’annoter ou lui ajouter des étiquettes. Ça set donc surtout à entreposer ce que vous trouvez et à ne pas le rechercher à chaque fois.

Il existe bien entendu tout un tas de bibliothèques numériques dans les bibliothèques nationales et bibliothèques universitaires. A vous de jouer si vous voulez aller plus loin.

Raphaëlle

Les Arrière-boutique de la littérature, E. Keller-Rahbe (dir.)

Il y a déjà quelques temps, j’ai lu cet ouvrage :

Edwige Keller-Rahbe, Les Arrière-boutiques de la littérature. Auteurs et imprimeurs-libraires aux XVIe et XVIIe siècles, Presses universitaires du Mirail, collection Cribles, 262 pages, 2010

Page de titre de E. Keller-Rahbe (dir.), les arrière-boutiques de la littérature...

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt cet ouvrage dans sa globalité. Mais pour ce qui est de mon sujet comme de celui de ce blog, je ne discuterais que des articles touchant au 16ème siècle.

Deux de ces articles (Clément Brot,  « Quand la « presse » écrit : l’officine lyonnaise de Denys de Harsy, imprimeur libraire à la marque de Dédale. »  et Guillaume de Sauza, »Quand des choix éditoriaux rencontrent une stratégie auctoriale : Olivier Arnoullet et le Moys de May de Guillaume Des Autels ») interrogent les choix de l’imprimeur, y décelant soit une part auctoriale, soit une part marchande.  Le texte de Clément Brot montre que l’imprimeur peut inscrire dans l’ouvrage son propre texte, son regard sur le texte autrement que par l’écriture, par le choix notamment d’illustrations.

L’utilisation de vignettes dans l’édition des Comptes amoureux à la marque de Dédale crée ainsi un réseau de signes et de significations qui se construisent en dehors de la trame narrative pour venir la compléter : une sorte d’écriture subtile et parallèle s’est établie dans le texte érigeant l’imprimeur-libraire en auteur à part entière – au sens de créateur.  (p 31.)

Cette subtilité ne semble pas se retrouver chez Sébastien Gryphe. Les illustrations y sont rarissimes. J’ai pour hypothèse que cette « écriture parallèle » Gryphe l’a joue au niveau des pièces liminaires, dans son choix de préfaciers (quand il les choisit) ou dans l’écriture de préfaces qu’il signe de son nom.

Le texte de Guillaume de Sauza revient sur le rôle marchand de l’imprimeur et pose la question suivante :

Comment faire la part d’éventuelles contraintes techniques ou de choix commerciaux relevant d’une politique éditoriale ? (p 38)

Cette question que l’on peut appliquer à tout le travail de Gryphe sur les choix de l’italique, de l’espagnol, du papier…peut-elle s’appliquer aux choix de préfaciers ? Certains préfaciers sont-ils imposés par l’auteur ? D’autres sont-ils choisis par Gryphe comme des atouts commerciaux qui vont attirer les acheteurs ?

Les deux derniers articles (Florence Bonifay, « Du Bellay et la publication de ses oeuvres » et Michel Clément, « Scève et ses imprimeurs.« ) interrogent plutôt le rapport de l’auteur à l’imprimeur.

Florence Bonifay rappelle combien pour un auteur il peut être long de trouver un bon éditeur ; ce fut le cas pour Du Bellay. La question des privilèges accordés se pose de manière intéressante : qui obtient le privilège ? Qui de l’auteur ou de l’imprimeur fait jouer son réseau. Il me semble en effet que ce sera un aspect qu’il me faudra étudier chez Gryphe. Qu’avons-nous gardé de ses privilèges ? Qui les a signés ? Gryphe a-t-il une stratégie d’édition, notamment dans ses préfaces, liées au terme arrivant d’un privilège ?  Florence Bonifay évoque aussi les préfaces de Du Bellay où il fustige les mauvais libraires :

Mieux cette violence du poète à l’encontre des mauvais libraires laisse entendre qu’il a enfin trouvé un dont le travail est de qualité. (p61)

On s’intéressera aussi chez Gryphe aux préfaciers qui louent son travail comme à ceux qui fustigent d’autres impressions de leurs ouvrages.

Dans le dernier article sélectionné, Michèle Clément montre que Maurice Scève loin de se contenter de donner son texte à imprimer orientait clairement le style de l’impression.

Scève semble avoir des choix ortho-typographiques propres et ses imprimeurs s’y sont pliés ; cela prouve une présence de Scève dans l’atelier au moment de la composition. (p 126)

Cette démarche, toute intéressante soit elle du point de vue de l’auteur, enlève à l’imprimeur la possibilité de marquer l’ouvrage d’une empreinte signifiante. Scève par exemple imposait des y et des parenthèses, refusait de voir son nom sur la page de titre ainsi que tout paratexte. Il est possible que certains auteurs aient imposé à Gryphe une absence de paratexte. Il sera intéressant pour les textes sans préfaces de vérifier si les autres éditions (hors Gryphe)en avaient ou pas.

Notons que Michèle Clément évoque la fréquentation de l’atelier de Gryphe par les auteurs tels que Scève ; j’y reviendrais dans un prochain post sur ce blog.

Il ne me reste plus qu’à explorer les nouvelles pistes que la lecture de cet ouvrage m’a montrées. à moi de jouer…

De peu assez

En mai 2009, j’ai participé à une journée d’étude, joliment nommée « De peu assez« , sur les éditions lyonnaises du 16ème siècle. Je suis intervenue au sujet de Gryphe (étonnant, non ?) pour faire un point sur l’avancée des travaux. Il ne s’agissait pas de donner des analyses mais plutôt de montrer la méthodologie suivie et les résultats à la date de la journée d’étude.

De peu assez, affiche de la journée d'étude

Les articles devaient être publiés mais cela a pris du temps et j’ai finalement rendu un texte en mai 2010 avec une actualisation des résultats. Nous sommes aujourd’hui en mai 2011, les articles vont être publiés sous forme de PDF. En avant première, voici le texte de mon intervention, mis en page par la BIU-lsh :

R. Bats – Ecrire ou ne pas écrire

Le texte est sous licence creative commons : Paternité/Pas d’Utilisation Commerciale/Pas de Modification

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques.

Raphaëlle

PS : dès que j’ai l’information sur le lieu de dépôt de tous les articles de la journée d’étude, je vous en ferais part.

En avant pour la thèse

Quand j’ai commencé à travailler sur les préfaces signées par Gryphe nous étions 3. Des circonstances tristes et d’autres plus heureuses ont fait qu’aujourd’hui je travaille seule sur ce projet. J’ai de la chance d’avoir un % de temps dédié à la recherche dans mon emploi du temps ; je peux donc avancer sur le projet sans y  consacrer uniquement mes week-ends et mes vacances. Maintenant, j’envisage d’utiliser une partie des matériaux réunis pour le répertoire des préfaces signées par Sébastien Gryphe, pour un travail plus large sur les préfaces dans les ouvrages publiés par Sébastien Gryphe. En d’autres termes, il est temps pour moi de faire une thèse.

Il est vrai que je n’aimais pas bien l’idée de faire une thèse sur les préfaces signées par Gryphe. Cela me semblait un peu trop de la récupération d’un travail amorcé en commun, même si j’ai réalisé les ¾ des recherches. Mais surtout je trouve que les préfaces sont assez peu nombreuses et ne constituent pas un corpus suffisamment grand et intéressant pour une thèse.

Quand j’ai commencé à recenser les préfaces, j’ai fait un tableau où j’ai décrit toutes les pièces liminaires : pièces anonymes, signées par Gryphe, signées par un autre auteur. Aujourd’hui, j’ai une base quasi complète sur les pièces liminaires. L’étude de ces pièces sera donc mon sujet de thèse, dans une optique assez clairement historique et statistique dans le but de déterminer  les choix de l’imprimeur : nouvelles pièces, reprise d’anciennes…, les réseaux de préfaciers…

J’ai donc maintenant une idée de sujet, j’ai des données à exploiter, reste à trouver un ou une directeur de thèse.

Du temps et de la recherche

Je passerai sur mes péripéties pour obtenir la carte de chercheur de la Bibliothèque Nationale d’Espagne pour me consacrer à un petit point méthodologique à l’usage de ceux qui font le même type de recherche que moi. Chercheurs-ses confirmé-e-s, vous savez déjà ce qui va suivre.

source google image

J’avais trouvé dans Sybille Von G. qu’une quarantaine des ouvrages que je cherchais était à la BN d’Espagne. Mais sur le catalogue de la dite bibliothèque, je n’en avais trouvé que la moitié. Il m’a été confirmé par mail que tous les ouvrages du 16ème n’étaient pas catalogués et qu’il existait un catalogue papier. Je vous invite à ne jamais vous satisfaire du catalogue en ligne (l’OPAC dans le langage des bibliothécaires).

Certaines bibliothèques ont mis leurs catalogues manuscrits sur des fiches cartonnées dactylographiées au 19ème-20ème. Aujourd’hui, une partie de ces fiches sont sur l’OPAC. Vous devez donc vérifier : l’OPAC et les fiches cartonnées. Attention, les fiches cartonnées ne sont pas toujours dans des meubles de bibliothèques, elles peuvent être réunies, photocopiées et reliées dans des cahiers classés par nom d’auteurs alphabétiquement ; c’est le cas à la BN d’Espagne.

D’autres bibliothèques n’avaient pas fini de passer tous les catalogues manuscrits dans les fiches quand elles se sont mises à faire le catalogue en ligne. Il vous faudra donc vérifier : l’OPAC, les fiches et les catalogues manuscrits.

Du point de vue du temps de la recherche, ces ouvrages non accessibles sur l’OPAC ont des conséquences. D’une part, il vous faut compter dans votre temps de visite à la bibliothèque, le temps de dépouillement de ces fameux cahiers, catalogues et autres fiches cartonnées. La recherche dans ce type de catalogue est assez fastidieuse et demande du temps.

Ensuite, les bibliothécaires vont profiter du fait que vous les demandiez pour ajouter une ligne rapidement dans l’OPAC. En d’autre terme, vous servez vraiment la science en demandant un livre non disponible dans l’OPAC, puisque grâce à vous, il va maintenant s’y trouver. Mais évidemment, cela implique que l’ouvrage au lieu de vous parvenir dans les 20 minutes habituelles, va mettre 30 minutes. Ce n’est pas grand-chose 10 minutes par ouvrage, sauf quand on doit en voir 40.

Pour finir, ces fameux livres catalogués peuvent être dans des réserves hors de la ville. C’est le cas pour certains livres de la BN d’Espagne qui sont à l’Alcala. Parfois, ces ouvrages éloignés ne sont pas livrés le samedi. Aussi après avoir dépouillé le catalogue manuscrit ou dactylographié, pensez-à demander si certains ouvrages sont plus longs à commander pour commencer par ceux-là.

En ce qui me concerne, il m’a fallu une journée pour m’inscrire, une matinée pour dépouiller, 2 jours pour consulter (y compris l’attente des ouvrages) et à la fin, je n’ai pas pu commander les 5 derniers livres de ma quarantaine à voir. Ils étaient à l’Alcala. La prochaine fois, j’irais une semaine entière !

Raphaëlle