Fiche de lecture : Louise Katz

J’ai lu cet article (publié dans la revue Camenae, n° 1, en 2007) il y a déjà six mois, mais je n’ai pas réussi à vous livrer les réflexions sur Gryphe que cette lecture a pu susciter. Je me décide enfin, mais attention : article à rallonge. Il faut dire que je suis décidée à utiliser ce blog comme un véritable carnet de recherche et que de fait mes fiches de lecture, aussi longues soient-elles, doivent y figurer.

Marque de Josse Bade

En note de bas de page 1, Louise Katz remarque le grand nombre de préfaces de Bade adressées à la jeunesse studieuse ou aux étudiants des Belles Lettres. Elle note l’intérêt de l’éditeur à ce public et le met en relation avec son passé d’enseignant dans un collège lyonnais. On notera que les préfaces de Gryphe, à l’exception d’une demi-douzaine d’entre elles, sont adressées aussi au public étudiant, qu’il soit des belles-lettres ou pas. On peut se demander s’il s’agit d’un simple effet habituel de la lettre ou si ces destinataires sont l’indication d’une commande particulière d’une école ou d’un collège. En ce sens, cela donnerait une piste permettant de distinguer entre les ouvrages commandés par les lycées et pour lesquels Gryphe se fend d’une lettre et les ouvrages qu’il publie pour être au cœur de l’actualité scientifique, sans que cela soit motivé par une commande et pour lesquels il laisse les auteurs ou les éditeurs scientifiques ajouter leurs propres préfaces. Mais cela signifierai alors que seuls 50 ouvrages sur 1100 ont été l’objet d’une commande. Cela parait difficile à imaginer. Quoiqu’il en soit, il nous est difficile par manque d’archives d’avoir une idée claire des commandes qui étaient passées à Gryphe.

Revenons à Louise Katz et Josse Bade. Celui publie 242 préfaces signées de sa main entre 1492 et 1534 sur les 400 ouvrages qu’il publie. C’est assez remarquable par rapport à Gryphe pour lequel je compte à l’heure actuelle 60 préfaces seulement entre 1524 et 1556 sur les 1100 ouvrages consultés (il en reste encore 200 à 300 à consulter sur plus de 1300). La production de Gryphe est vraiment faible par rapport au travail qu’à pu fournir Josse Bade. À cela, il peut y avoir plusieurs raisons.

  • D’une part, Josse Bade est un intellectuel confirmé qui a été comme dit précédemment enseignant de grec et de latin. Annoncer et annoter les ouvrages qu’il choisit de publier a du sens pour un homme déjà intéressé par la transmission. Pour Gryphe, dont les auteurs reconnaissent souvent la bonne connaissance des lettres anciennes, le travail de transmission a toujours été médiatisé par la presse et l’imprimerie. Le fait de participer à la conception intellectuelle du livre n’avait certainement pas la même évidence. Reste qu’il en écrit cependant que ce choix de passer à l’écriture mérite donc d’être éclairé.
  • D’autre part, il serait intéressant d’étudier l’historicité des préfaces non signées par Gryphe dans les ouvrages qu’il publie et faire de même dans les ouvrages publiés par Bade. En effet, Gryphe publie une génération après Bade et il est possible qu’à l’époque des incunables on ait voulu beaucoup plus marquer un renouveau l’édition en rédigeant de nouvelles préfaces. Au temps de Gryphe, au contraire, peut-être que les imprimeurs réutilisent les grandes préfaces qui ont marqué les incunables ou les débuts de l’imprimerie en général et plutôt qu’y ajouter du neuf s’appuient et profitent de la valeur prise au cours des années par les premières préfaces.
  • Enfin, les débuts de l’imprimerie coincidant avec le retour aux textes anciens, il est finalement assez naturel qu’à cette époque-là, les imprimeurs aient eu un plus grand besoin de justifier par des préfaces les choix des auteurs qu’une génration plus tard où le retour à l’antiquité ne faisait plus aucun doute.

Il est certain que les deux dernières hypothèses doivent être vérifiées par une comparaison attentive entre la publication de préfaces des éditeurs d’incunables et celle d’éditeurs de la génération suivante. Je ne les pose donc pas comme une certitude, mais plutôt comme une piste à étudier pour la suite du travail.

une exploitation de ses textes permet en effet d’en savoir plus sur les raisons qui présidaient aux choix des ouvrages qu’il imprimait, sur le lectorat auquel il destinait les différents textes qui sortaient de ses presses et sur la lecture qu’il envisageait pour eux.” p 1 et 2.  Dans le cas de Gryphe, la connaissance de ces trois axes sera rendue difficile du fait de la faible quantité de préfaces. Il serait difficile de tirer des conclusions pour tout son corpus à partir de l’étude des seules soixantes préfaces connues. Elles pourront cependant fournir des indications intéressantes, ne serait-ce que sur les soixantes ouvrages concernés. Nous aimerions ajouter à ces trois axes (choix des ouvrages, lectorat et type de lecture), d’autres catégories pour lesquelles les préfaces pourraient nous apporter des informations : les relations de Gryphe aux auteurs et les relations aux autres imprimeurs. Ces relations n’apparaitront pas nécessairement à mots ouverts, mais plutôt sous entendus et marquant par cela une certaine connivence entre Gryphe et son lectorat. Il est évident que je pense par là à cette préface signée de Gryphe à un ouvrage d’Arnoul le Ferron (1540) ou ilcritique l’édition précédente de cet ouvrage, édition menée par Etienne Dolet avec lequel entretemps Gryphe a rompu tout liens amicaux.

Louise Katz dans son texte pose la question de la nature de la préface. Elle distingue épîtres dédicatoires des “commentaires familiers” (p2). Louise Katze s’est intéressée plutôt aux premières pour lesquelles Josse Bade a rédigé un abrégé “De epistolis componendis compendium”  (Augustinus Datus. Regulae elegantiarum, imfr. par Thielmann Kerver, fartage avec Jean Petit. II, 360. Sans date (1503)). Dans l’article que nous suivons, Louise Katz compare entre la lettre dédicatoire que l’on dira standard, décrite par Bade dans son abrégé et celle qu’il signe de sa main dans les Siluae Morales (1492). Nous allons tirer de cet article ce qui nous permettra par la suite d’étudier la structure des préfaces signées par Gryphe et notamment de définir des champs pour des notices xml.
Salutations : Bien que chez Cicéron, l’ordre classique soit destinateur puis destinataire, Josse Bade inverse les deux rôles et par là-même veut faire acte et preuve de modestie et d’humilité. Les préfaces signées par Gryphe sont de trois sortes : adressées au lecteur et alors Gryphe met son nom en premier, adressées à l’auteur et là aussi Gryphe met son nom en premier et enfin adressée à un personnage institutionnel (le cardinal Du Bellay par exemple) et là Gryphe retrouve certainement son humilité puisque son statut de destinateur passe au second rang après le destinataire. Il m’est difficile à l’étape où j’en suis d’en déduire quoique ce soit, cependant il est intéressant de noter que le lecteur et l’auteur son finalement mis au même rang. C’est pour moi une preuve que ce n’est pas l’auteur qui est visé mais bien le lecteur à travers la préface. En revanche quand le destinataire est un homme public d’importance, Gryphe a certainement autre chose que le lecteur en tête en rédigeant sa préface : protection, financement, commandes…
Louise Katz décrit trois types de “salutatio” : sous-entendue (subandita), courte (brevis) ou entière (plena). Josse Bade utilise la salutation complète qui comporte donc trois éléments : le salut dont nous venons de parler, la suscription et la souscription. “la subscription est une inscription assez détachée au dessus de la lettre contenant le nom, les qualités et l’adresse de celui à qui nous écrivons.” Josse Bade, De epistolis, titulum VI, de superscriptione, cité par Louise Katz, p 4, note 17. “La souscription est une notification sobre de l’uteur qui fait apparaitre le lieu, la date et ses qualités, placée après le “vale” à la fin de la lettre.” Josse Bade, De epistolis, titulum VII, de subscriptione, cité par Louise Katz, p 4, note 18. Si j’ai bien pu voir dans les préfaces de Gryphe des subscriptions (pour les préfaces dédicacées à Du Bellay) en revanche, je n’en ai pas encore vues contenant de souscription. Il est vrai que l’ouvrage comporte déjà une marque de l’imprimeur, souvent sa devise et parfois sa marque est apposée à la fin de l’ouvrage. Il est possible que Gryphe pense avoir suffisamment signé l’ouvrage de sa présence. En revanche, on trouve ce type de suscription sur certaines préfaces signées par les auteurs, mais que cela soit automatique.

Corps de la lettre : La lettre s’ouvre ensuite sur un “principium” qui a pour objet d’offrir une entrée en matière au texte de la préface et de se mettre dans les bonnes  grâces du lecteur. Il semble que Josse Bade, dans la préface étudiée par Louise Katz, débute son texte par une “exposition des motivations chrétiennes de son projet éditorial” (Louise Katz, p 4). Il nous faudra regarder si pour Gryphe d’une part les préfaces commencent en effet par un tel prinicpium et d’autre part de quelle teneur est ce principium. Il est possible que selon les ouvrages et le lectorat attendu, le principium change. Il sera intéressant de voir si Gryphe affiche toujours les mêmes principes dont on pourra alors penser qu’ils soutendent toute sa production, ou si au contraire il utilise comme arguments de vente différents principes ou valeurs morales. Comme le note Louise Katz, il est très clair que l’exposé chrétien de Bade ajouté au destinataire, ecclesiaste renommé, ne peuvent que rassurer les lecteurs sur les valeurs fortement chrétiennes de l’ouvrage et en font un argument de vente. La lettre de Josse Bade présente ensuite un auto-portrait de l’éditeur, chose qu’il ne m’a pas semblé voir chez Gryphe.
La partie suivante de la lettre est la “laus” ou l’étape des louanges au destinataire. Lorsque le destinataire est nommé, il peut être aisé de lui offrir des louanges. Qu’en est-il lorsque le destinataire est l’ensemble de tous les étudiants en Belles-Lettres ? Sont-ils loués pour leurs vertus studieuses ? Pour leur capacité à comprendre l’importance de l’ouvrage qui est préfacé ? Ou est-ce l’auteur qui sera loué ? Ces questions devront être élucidées à la traduction des préfaces.
Quel qu’en soit le destinataire officiel, il y a toujours une ambiguité dans le destinataire d’une dédicade d’oeuvre, qui vise au moins deux destinataires : le dédicataire bien sûr, mais aussi le lecteur, puisqu’il s’agit d’un acte public dont le lecteur est en quelque sorte pris à témoin.” G. Genette, Seuils, Paris, edition du Seuil, 1987, pp 137-138, cité par Louise Katz, p 7. Il semblerait que le lecteur soit non seulement pris à témoin mais aussi appelé comme le fait remarquer Louise Katz à suivre le modèle du letcteur anonyme caché parmi les dédicataires dans son travail de vertu.
Enfin vient la “narratio” ou présentation de l’ouvrage et du projet de l’éditeur. L’éditeur y expose en général à la fois son projet et ses attentes en terme de lecture. Il donne donc clairement un axe de lecture à son lectorat.

Conclusion : La lettre finit par une “petitio” et une conclusion ; ces deux-ci présentant les dernières requêtes de l’éditeur au destinataire officiel comme au destinataire caché, à savoir le lecteur. On retrourve ici la question précédemment évoquée du message-argument de vente de l’éditeur-préfacier.

Tout ceci nous fait de nombreuses pistes à étudier dès lors que toutes les préfaces auront été trouvées et que nous pourrons nous attaquer à la traduction. J’en profite pour dire que je ne me suis finalement pas inscrite en thèse pour des raisons personnelles et professionnelles. Cette recherche est donc vouée à s’étendre sur un temps bien plus long que je ne l’imaginais. J’espère que vous aurez la patience de me suivre malgré la faible production et le peu de rapidité dont je fais preuve.

Bibliographie pour la suite :
M Lebel, Josse Bade, humaniste, éditeur-imprimeur et préfacier, Louvain, Peeters, 1988
F Barbier, le livre et l’historien, Genève, Droz, 1997
G Gueudet, l’art de la lettre humaniste, ed. Champion, Paris 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *