Fiche de lecture : Raphaële Mouren, anthropologie de l’auteur

Edit du 04/05 : Quelle honte pour une bibliothécaire ! J’ai oublié de mettre la référence de l’article de Raphaële Mouren. Il s’agit donc de Raphaële Mouren, « Anthropologie de l’auteur de la première modernité », Cinquante ans d’histoire du livre De L’apparition du livre (1958) à 2008 : bilan et perspectives d’une discipline scientifique, Villeurbanne et Lyon : France (2008). Et vous pouvez lire cet article sur HAL où Raphaële Mouren a déposé son manuscrit auteur.

Dans cet article, Raphaële Mouren s’intéresse à l’auteur en tant qu’acteur du livre. L’auteur en ce sens peut donc être aussi bien l’auteur du contenu de l’ouvrage que l’éditeur ou l’imprimeur. « Il s’agit donc de s’attacher à l’histoire du livre savant au 16ème siècle, en s’attachant tout autant à l’étude des contenus qu’à celle de leurs conditions et leurs modalités de fabrication, car les deux sont indissociables. » p 3

Portrait de Pietro Vettori, source Wikipedia

Raphaële Mouren note que dans les épîtres dédicatoires, on trouve des réponses à la question : pourquoi faire ce livre ? Ainsi, certaines préfaces mentionnent des éditions précédentes de qualité médiocre (Voir la préface de Gryphe à l’ouvrage d’Arnoul le Ferron, 1540), d’autres mentionnent l’utilité scientifique de l’ouvrage (édition plus conforme au texte original, nouvelle préface et nouveaux commentaires, nouvelle traduction…), d’autre encore une utilité commune répondant à la fois à des stratégies politiques et à l’effort commun des hommes de la République des Lettres pour se transmettre savoir et science.

Les conditions matérielles et économiques sont à prendre en compte pour comprendre ce qui préside à la parution d’un ouvrage : une commande ou la mise au programme d’un texte par une université , l’épuisement d’une édition dont le succès reste entier, un financement bien venu… A contrario, une absence de financement ou de revenus peut s’opposer à la publication de nouveaux ouvrages. Ainsi, besoins scientifiques et financiers, comme le fait remarquer Raphaële Mouren, ne sont pas forcément compatibles. « J’ai jadis employé tous les artifices avec Torrentino, pour pousser l’homme à imprimer Clément d’Alexandrie, ce qu’il fit avec peine et lentement, interrompant souvent l’ouvrage, en sorte que j’ai désespéré plus d’une fois d’en voir jamais l’achèvement. » P. Vettori à Joachim Cameriarius, Florence, 14 juillet [sa], cité par Raphaële Mouren, p7.

Il est certain que ce genre d’information ne pourra pas être glanée dans les préfaces des ouvrages de Gryphe, qui ne sont pas le lieu d’une exposition des difficultés d’une parution. Il faut s’attacher à une recherche complète sur les auteurs contemporains et publiés par Gryphe pour voir s’ils évoquent le travail de Gryphe dans leurs mémoires (comme Cardano, voir l’article précédent de ce blog) ou dans des lettres. Cela permettra notamment de bien re-situer l’imprimeur dans le réseau social des savants de son époque. Raphaële Mouren parle aussi « d’identifier les conditions dans lesquelles l’auteur a travaillé, les aides qu’il a reçu, les intermédiaires qui, à chaque étape, lui ont permis de mener son travail à bien. » p 8 Cela vaut aussi bien pour l’auteur du contenu que pour l’éditeur qui peut bénéficier d’aides financières, qui peut être mis en relation avec l’auteur ou le préfacier via des intermédiaires, qui travaille avec des relecteurs et des correcteurs appartenant eux-mêmes au milieu savant. Concernant Gryphe, si nous avons parfois quelques informations sur ses contacts et ses collaborateurs, nous ne savons finalement pas grand chose au regard de l’énorme production de ses presses. Pour ce travail sur le réseau autour de l’imprimeur, Raphaële Mouren fait référence à des travaux sur Manuc, Froben et Josse Bade.

Avec joie, je me suis aperçue que Raphaële Mouren revient deux fois sur la production de Gryphe. La première à prpos du financement de la publication des Posteriores Castigationes de Vettori chez Gryphe vient de la famille Dei, famille florentine. Raphaële Mouren a publié un autre article sur cette question, ou plutôt sur la relation entre Vettori et Gryphe, dans les actes du colloque Sébastien Gryphe, Quid novi ?, dont elle a dirigé l’édition. Je ne me suis pas encore penchée sur cet article, mais c’est prévu, d’autant que l’édition des Posteriores Castigationes comporte justement une des préfaces signées de Gryphe. La seconde fois, s’intéressant toujours à la notion d’auteur et de coautorialité , Raphaële Mouren illustre la complexité de la question avec un exemple de Sébastien Gryphe. Celui-ci a publié en 1540 les œuvres complètes de Cicéron annonçant un commentaire de Camerarius. Pourtant le texte n’y figure pas. Elle évoque une erreur, une modification du projet ou encore un argument de vente reposant sur la notoriété de Camerarius. Il est vrai qu’un véritable travail de vérification entre l’annonce de la page de titre et le contenu serait intéressant « Un imprimeur ami d’humanistes, faisant travailler pour lui des humanistes, en est-il un lui-même ? Pour le savoir, il nous faut lire de très près le paratexte dont il est l’auteur, mais aussi voir si certains de ses livres ont été préparés par lui seul, en étudier le contenu en somme comme pour tous les autres auteurs et collaborateurs identifiés du livre », p 13. C’est là tout un programme qui définit et annonce bien l’étendue de la tâche qu’il me reste à mener.

Petite bibliographie pour la suite :

Passeurs de texte, imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, actes du colloque prévus pour 2011.

Qui écrit ? Figures de l’auteur et poids des co-élaborateurs du texte de la fin du manuscrit àla Révolution, actes du colloque de Grenoble, novembre 2006, réunis par Martine Furno, Lyon, Presses de l’ENS-LSH, 2009 (Métamorphoses du livre).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *