ça avance mais tout reste à faire…

Je n’ai pas beaucoup avancé ce dernier mois. J’ai trié les ouvrages qu’il me reste à consulter entre ceux qui sont à la BnF où je me rends mi-mars et ceux qui sont à la Bibliothèque Nationale d’Espagne où je pars fin mars. En avril, je devrais y voir plus clair sur ce qu’il reste à consulter.

Sinon, je viens d’apprendre qu’il y a un fonds très important de Gryphania (j’ai découvert le mot au passage) à la bibliothèque universitaire de Manchester. J’irais certainement y jeter un coup d’œil dans l’année. Je n’ai pas encore croisé la liste de tous les Gryphe conservés et catalogués dans cette bibliothèque avec celle transmise dans le dernier article de ce blog. Mais c’est prévu.

Parallèlement, j’ai entrepris de faire une base de données pour pouvoir croiser auteurs des ouvrages, titres, auteurs des préfaces, langues, discipline…ça me donne l’occasion de nettoyer et d’harmoniser tous mes fichiers Excel, notamment pour les noms des auteurs, les formes de titres…Evidemment, j’aurais dû faire ça proprement dès le début, mais selon les éditions, les noms des auteurs sont écrits différemment sur la page de titre et je les avais retranscris tels quels. Au final, j’ai repoussé le moment de faire ce nettoyage, mais le printemps arrive et je dois m’en occuper.

Pour finir, j’ai reçu hier un cadeau : Les arrière-boutiques de la littérature : Auteurs et imprimeurs-libraires aux XVIè et XVIIè siècles, sous la direction de Edwige Keller-Rahbé, Presses universitaires du Mirail, 2010. si vous le cherchez dans une bibliothèque, voilà la liste de celles qui l’ont acheté et sinon, voilà la notice sur Amazon.

Bon, ce petit point sert surtout à faire vivre le blog, vous donner quelques infos glanées deci-delà et me remettre en tête ce que je dois faire urgemment.

Raphaëlle

La liste des éditions

Le travail de correspondance entre les n° de pages chez Baudrier et les n° attribués par Sybille von Gultlingen aux ouvrages de Sébastien Gryphe est terminé. Nous sommes en mesure de vous donner la liste des ouvrages que nous connaissons à ce jour.

Liste des éditions de Sébastien Gryphe

Nous y avons déjà ajouté des ouvrages non répertoriés par les deux bibliographes, mais que nous avons pu consulter dans des bibliothèques. Cette liste sera petit à petit être complétée par d’autres trouvailles que nous ferons. Nous consulterons aussi le travail fait dans BEL XVI sur Sébastien Gryphe.

On compte déjà 1436 entrées dans ce fichier, soit 1436 ouvrages à consulter et pour lesquels noter la présence ou non de préfaces et de pièces liminaires. Nous en avons déjà vus 1102 et il nous reste 334 ouvrages à voir. Nous avons l’ambition de terminer ce recensement d’ici juin 2011.

En attendant d’avoir fini cette étape de collecte, nous allons consacrer une partie des articles suivants à vous présenter les préfaces signées par Sébastien Gryphe lui-même que nous avons pu trouver au fil de nos recherches.

à suivre, donc…

Raphaëlle

L'étape 1 : lister les ouvrages de Gryphe

Pour connaitre les ouvrages de Gryphe, nous avons à notre disposition deux sources :

Nous avons commencé par lister tous les titres répertoriés par Sybille Von Gultlingen dans un fichier excell reprenant le n° donné par Sybille von Gultlingen dans sa bibliographie, le titre, l’auteur, la date et deux des localisations connues en choisissant :

  • de préférence les villes à proximité : Lyon, Grenoble, Avignon
  • dans un deuxième temps : les bibliothèques parisiennes
  • dans un troisième temps : les villes où nous avons des attaches : Bordeaux, Toulouse
  • dans un quatrième temps : des villes qui ont déjà un fonds conséquent d’ouvrages de Sébastien Gryphe : British Library, BN Madrid, Cambridge.

J’ajoute par mesure de simplification que le n° donné par Sybille von Gultlingen a été renommé par nos soins le « n° Sybille ».

Ce que nous n’avons pas fait dans cette étape est de comparer la bibliographie Sybille Von Gultlingen avec celle de Baudrier. Nous allons ajouter une colonne à notre fichier excell pour le n° Baudrier.

Dès que ce travail sera fait, d’ici la fin de l’été, j’ajouterais le tableau dans une page « documents » de ce blog.

Raphaëlle

Par où faut-il commencer ?

La recherche qui sera décrite ici a démarré il y  déjà 3 ans. Les premiers articles de ce blog seront consacrés à rappeler différentes étapes de notre investigation. Mais avant cela, je voudrais faire le point sur ce que je cherche.

Marque de Sébastien Gryphe (source BIU-Lsh)

Sébastien Gryphe est un imprimeur et éditeur, renommé et reconnu, du 16ème siècle lyonnais. A de rares occasions, il a signé des préfaces aux ouvrages qu’il publiait. Ce sont ces préfaces, explicitement signées, qui nous intéressent.

  • Combien sont-elles ?
  • à qui sont-elles adressées ?
  • dans quels ouvrages sont-elles ajoutées ? Textes d’auteurs contemporains ou antiques ? Ouvrages en français ou en latin ?
  • Sont-elles le reflet de choix éditoriaux de Gryphe ?

D’autres questions surgiront : pourquoi quelque chose plutôt que rien, quand la préface signée par Gryphe est la seule pièce liminaire d’un ouvrage. Mais aussi pourquoi rien plutôt que quelque chose quand il n’y a aucune pièce liminaire dans un ouvrage…

Nous aurons certainement toujours plus de questions que de réponses, mais nous tâcherons de dessiner des hypothèses les plus cohérentes, les plus pertinentes pour approcher le travail de Sébastien Gryphe.

Les préfaces du Griffon

Sébastien Gryphe est un imprimeur lyonnais du XVIème siècle. A de très rares occasions, il a rédigé et signé des préfaces. Je m’intéresse à ces textes : pourquoi Gryphe publie-t-il dans certains textes plutôt que d’autres ? Quelle est la stratégie éditoriale qui transparait dans ces choix ? L’étude de ces préfaces signées par l’imprimeur et leur mise en relation avec les autres pièces liminaires pourront éclairer le rôle de l’imprimeur-éditeur, son réseau intellectuel, son utilisation de textes déjà considérés comme classiques…

Pour information, pour l’heure je fais cette recherche en tant que conservateur de bibliothèque, affiliée au centre de recherche Gabriel Naudé (Enssib). à partir de septembre, je la poursuivrais en tant que doctorante.