Chemins détournés

il y a un an déjà, en février dernier, j’ai visité le musée de la Reine Sofia à Madrid et j’en ai profité pour faire un tour dans sa librairie. Complètement par hasard, je suis tombée sur la traduction en espagnol de « Mes livres » de Girolamo Cardano. Par curiosité mais aussi parce ce que je savais que Gryphe avait publié au moins un ouvrage de cet auteur (un peu par culpabilité aussi, car après tout j’étais à Madrid pour faire de la recherche sur Gryphe, pas pour écumer les musées), j’ai cherché dans l’index de l’ouvrage si Cardano parlait de Gryphe ; c’était le cas. Cardano évoque les deux de ses ouvrages qui paraissent chez l’imprimeur lyonnais.

Girolamo Cardano (source Wikipédia)

Continuer la lecture de Chemins détournés

En avant pour la thèse

Quand j’ai commencé à travailler sur les préfaces signées par Gryphe nous étions 3. Des circonstances tristes et d’autres plus heureuses ont fait qu’aujourd’hui je travaille seule sur ce projet. J’ai de la chance d’avoir un % de temps dédié à la recherche dans mon emploi du temps ; je peux donc avancer sur le projet sans y  consacrer uniquement mes week-ends et mes vacances. Maintenant, j’envisage d’utiliser une partie des matériaux réunis pour le répertoire des préfaces signées par Sébastien Gryphe, pour un travail plus large sur les préfaces dans les ouvrages publiés par Sébastien Gryphe. En d’autres termes, il est temps pour moi de faire une thèse.

Il est vrai que je n’aimais pas bien l’idée de faire une thèse sur les préfaces signées par Gryphe. Cela me semblait un peu trop de la récupération d’un travail amorcé en commun, même si j’ai réalisé les ¾ des recherches. Mais surtout je trouve que les préfaces sont assez peu nombreuses et ne constituent pas un corpus suffisamment grand et intéressant pour une thèse.

Quand j’ai commencé à recenser les préfaces, j’ai fait un tableau où j’ai décrit toutes les pièces liminaires : pièces anonymes, signées par Gryphe, signées par un autre auteur. Aujourd’hui, j’ai une base quasi complète sur les pièces liminaires. L’étude de ces pièces sera donc mon sujet de thèse, dans une optique assez clairement historique et statistique dans le but de déterminer  les choix de l’imprimeur : nouvelles pièces, reprise d’anciennes…, les réseaux de préfaciers…

J’ai donc maintenant une idée de sujet, j’ai des données à exploiter, reste à trouver un ou une directeur de thèse.

Par où faut-il commencer ?

La recherche qui sera décrite ici a démarré il y  déjà 3 ans. Les premiers articles de ce blog seront consacrés à rappeler différentes étapes de notre investigation. Mais avant cela, je voudrais faire le point sur ce que je cherche.

Marque de Sébastien Gryphe (source BIU-Lsh)

Sébastien Gryphe est un imprimeur et éditeur, renommé et reconnu, du 16ème siècle lyonnais. A de rares occasions, il a signé des préfaces aux ouvrages qu’il publiait. Ce sont ces préfaces, explicitement signées, qui nous intéressent.

  • Combien sont-elles ?
  • à qui sont-elles adressées ?
  • dans quels ouvrages sont-elles ajoutées ? Textes d’auteurs contemporains ou antiques ? Ouvrages en français ou en latin ?
  • Sont-elles le reflet de choix éditoriaux de Gryphe ?

D’autres questions surgiront : pourquoi quelque chose plutôt que rien, quand la préface signée par Gryphe est la seule pièce liminaire d’un ouvrage. Mais aussi pourquoi rien plutôt que quelque chose quand il n’y a aucune pièce liminaire dans un ouvrage…

Nous aurons certainement toujours plus de questions que de réponses, mais nous tâcherons de dessiner des hypothèses les plus cohérentes, les plus pertinentes pour approcher le travail de Sébastien Gryphe.

Les préfaces du Griffon

Sébastien Gryphe est un imprimeur lyonnais du XVIème siècle. A de très rares occasions, il a rédigé et signé des préfaces. Je m’intéresse à ces textes : pourquoi Gryphe publie-t-il dans certains textes plutôt que d’autres ? Quelle est la stratégie éditoriale qui transparait dans ces choix ? L’étude de ces préfaces signées par l’imprimeur et leur mise en relation avec les autres pièces liminaires pourront éclairer le rôle de l’imprimeur-éditeur, son réseau intellectuel, son utilisation de textes déjà considérés comme classiques…

Pour information, pour l’heure je fais cette recherche en tant que conservateur de bibliothèque, affiliée au centre de recherche Gabriel Naudé (Enssib). à partir de septembre, je la poursuivrais en tant que doctorante.