Fiche de lecture : Martine Furno, Qui écrit ?

Martine Furno introduit cet ouvrage collectif par une différenciation entre l’auctorialité et l’autorité. Dans des travaux de recherche comme ceux de Foucault (1976: les mots et les choses et 1994 : Qu’est-ce qu’un auteur ?, in Dits et écrits, tome I) ou ceux de Chartier (1996 : Figures de l’auteur, in Culture écrite et société. L’ordre des livres : XIV-XVIIIe siècle), la notion d’auctorialité est au cœur de la définition de l’auteur, permettant une réflexion sur son statut social. «Ces études sur les figures d’auteur se sont fondées essentiellement sur deux modes de définition de celui-ci : une définition qu’on peut dire interne par l’acte d’écrire et l’objet produit, et une définition qu’on peut dire externe, à travers la lecture du texte et le regard de ce même lecteur sur l’auteur.» Martine Furno, p9-10.

Continuer la lecture de Fiche de lecture : Martine Furno, Qui écrit ?

Fiche de lecture : Raphaële Mouren, anthropologie de l’auteur

Edit du 04/05 : Quelle honte pour une bibliothécaire ! J’ai oublié de mettre la référence de l’article de Raphaële Mouren. Il s’agit donc de Raphaële Mouren, « Anthropologie de l’auteur de la première modernité », Cinquante ans d’histoire du livre De L’apparition du livre (1958) à 2008 : bilan et perspectives d’une discipline scientifique, Villeurbanne et Lyon : France (2008). Et vous pouvez lire cet article sur HAL où Raphaële Mouren a déposé son manuscrit auteur.

Dans cet article, Raphaële Mouren s’intéresse à l’auteur en tant qu’acteur du livre. L’auteur en ce sens peut donc être aussi bien l’auteur du contenu de l’ouvrage que l’éditeur ou l’imprimeur. « Il s’agit donc de s’attacher à l’histoire du livre savant au 16ème siècle, en s’attachant tout autant à l’étude des contenus qu’à celle de leurs conditions et leurs modalités de fabrication, car les deux sont indissociables. » p 3

Portrait de Pietro Vettori, source Wikipedia

Continuer la lecture de Fiche de lecture : Raphaële Mouren, anthropologie de l’auteur

Fiche de lecture : Louise Katz

J’ai lu cet article (publié dans la revue Camenae, n° 1, en 2007) il y a déjà six mois, mais je n’ai pas réussi à vous livrer les réflexions sur Gryphe que cette lecture a pu susciter. Je me décide enfin, mais attention : article à rallonge. Il faut dire que je suis décidée à utiliser ce blog comme un véritable carnet de recherche et que de fait mes fiches de lecture, aussi longues soient-elles, doivent y figurer.

Marque de Josse Bade

Continuer la lecture de Fiche de lecture : Louise Katz

Les Arrière-boutique de la littérature, E. Keller-Rahbe (dir.)

Il y a déjà quelques temps, j’ai lu cet ouvrage :

Edwige Keller-Rahbe, Les Arrière-boutiques de la littérature. Auteurs et imprimeurs-libraires aux XVIe et XVIIe siècles, Presses universitaires du Mirail, collection Cribles, 262 pages, 2010

Page de titre de E. Keller-Rahbe (dir.), les arrière-boutiques de la littérature...

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt cet ouvrage dans sa globalité. Mais pour ce qui est de mon sujet comme de celui de ce blog, je ne discuterais que des articles touchant au 16ème siècle.

Deux de ces articles (Clément Brot,  « Quand la « presse » écrit : l’officine lyonnaise de Denys de Harsy, imprimeur libraire à la marque de Dédale. »  et Guillaume de Sauza, »Quand des choix éditoriaux rencontrent une stratégie auctoriale : Olivier Arnoullet et le Moys de May de Guillaume Des Autels ») interrogent les choix de l’imprimeur, y décelant soit une part auctoriale, soit une part marchande.  Le texte de Clément Brot montre que l’imprimeur peut inscrire dans l’ouvrage son propre texte, son regard sur le texte autrement que par l’écriture, par le choix notamment d’illustrations.

L’utilisation de vignettes dans l’édition des Comptes amoureux à la marque de Dédale crée ainsi un réseau de signes et de significations qui se construisent en dehors de la trame narrative pour venir la compléter : une sorte d’écriture subtile et parallèle s’est établie dans le texte érigeant l’imprimeur-libraire en auteur à part entière – au sens de créateur.  (p 31.)

Cette subtilité ne semble pas se retrouver chez Sébastien Gryphe. Les illustrations y sont rarissimes. J’ai pour hypothèse que cette « écriture parallèle » Gryphe l’a joue au niveau des pièces liminaires, dans son choix de préfaciers (quand il les choisit) ou dans l’écriture de préfaces qu’il signe de son nom.

Le texte de Guillaume de Sauza revient sur le rôle marchand de l’imprimeur et pose la question suivante :

Comment faire la part d’éventuelles contraintes techniques ou de choix commerciaux relevant d’une politique éditoriale ? (p 38)

Cette question que l’on peut appliquer à tout le travail de Gryphe sur les choix de l’italique, de l’espagnol, du papier…peut-elle s’appliquer aux choix de préfaciers ? Certains préfaciers sont-ils imposés par l’auteur ? D’autres sont-ils choisis par Gryphe comme des atouts commerciaux qui vont attirer les acheteurs ?

Les deux derniers articles (Florence Bonifay, « Du Bellay et la publication de ses oeuvres » et Michel Clément, « Scève et ses imprimeurs.« ) interrogent plutôt le rapport de l’auteur à l’imprimeur.

Florence Bonifay rappelle combien pour un auteur il peut être long de trouver un bon éditeur ; ce fut le cas pour Du Bellay. La question des privilèges accordés se pose de manière intéressante : qui obtient le privilège ? Qui de l’auteur ou de l’imprimeur fait jouer son réseau. Il me semble en effet que ce sera un aspect qu’il me faudra étudier chez Gryphe. Qu’avons-nous gardé de ses privilèges ? Qui les a signés ? Gryphe a-t-il une stratégie d’édition, notamment dans ses préfaces, liées au terme arrivant d’un privilège ?  Florence Bonifay évoque aussi les préfaces de Du Bellay où il fustige les mauvais libraires :

Mieux cette violence du poète à l’encontre des mauvais libraires laisse entendre qu’il a enfin trouvé un dont le travail est de qualité. (p61)

On s’intéressera aussi chez Gryphe aux préfaciers qui louent son travail comme à ceux qui fustigent d’autres impressions de leurs ouvrages.

Dans le dernier article sélectionné, Michèle Clément montre que Maurice Scève loin de se contenter de donner son texte à imprimer orientait clairement le style de l’impression.

Scève semble avoir des choix ortho-typographiques propres et ses imprimeurs s’y sont pliés ; cela prouve une présence de Scève dans l’atelier au moment de la composition. (p 126)

Cette démarche, toute intéressante soit elle du point de vue de l’auteur, enlève à l’imprimeur la possibilité de marquer l’ouvrage d’une empreinte signifiante. Scève par exemple imposait des y et des parenthèses, refusait de voir son nom sur la page de titre ainsi que tout paratexte. Il est possible que certains auteurs aient imposé à Gryphe une absence de paratexte. Il sera intéressant pour les textes sans préfaces de vérifier si les autres éditions (hors Gryphe)en avaient ou pas.

Notons que Michèle Clément évoque la fréquentation de l’atelier de Gryphe par les auteurs tels que Scève ; j’y reviendrais dans un prochain post sur ce blog.

Il ne me reste plus qu’à explorer les nouvelles pistes que la lecture de cet ouvrage m’a montrées. à moi de jouer…