De peu assez

En mai 2009, j’ai participé à une journée d’étude, joliment nommée « De peu assez« , sur les éditions lyonnaises du 16ème siècle. Je suis intervenue au sujet de Gryphe (étonnant, non ?) pour faire un point sur l’avancée des travaux. Il ne s’agissait pas de donner des analyses mais plutôt de montrer la méthodologie suivie et les résultats à la date de la journée d’étude.

De peu assez, affiche de la journée d'étude

Les articles devaient être publiés mais cela a pris du temps et j’ai finalement rendu un texte en mai 2010 avec une actualisation des résultats. Nous sommes aujourd’hui en mai 2011, les articles vont être publiés sous forme de PDF. En avant première, voici le texte de mon intervention, mis en page par la BIU-lsh :

R. Bats – Ecrire ou ne pas écrire

Le texte est sous licence creative commons : Paternité/Pas d’Utilisation Commerciale/Pas de Modification

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques.

Raphaëlle

PS : dès que j’ai l’information sur le lieu de dépôt de tous les articles de la journée d’étude, je vous en ferais part.

En avant pour la thèse

Quand j’ai commencé à travailler sur les préfaces signées par Gryphe nous étions 3. Des circonstances tristes et d’autres plus heureuses ont fait qu’aujourd’hui je travaille seule sur ce projet. J’ai de la chance d’avoir un % de temps dédié à la recherche dans mon emploi du temps ; je peux donc avancer sur le projet sans y  consacrer uniquement mes week-ends et mes vacances. Maintenant, j’envisage d’utiliser une partie des matériaux réunis pour le répertoire des préfaces signées par Sébastien Gryphe, pour un travail plus large sur les préfaces dans les ouvrages publiés par Sébastien Gryphe. En d’autres termes, il est temps pour moi de faire une thèse.

Il est vrai que je n’aimais pas bien l’idée de faire une thèse sur les préfaces signées par Gryphe. Cela me semblait un peu trop de la récupération d’un travail amorcé en commun, même si j’ai réalisé les ¾ des recherches. Mais surtout je trouve que les préfaces sont assez peu nombreuses et ne constituent pas un corpus suffisamment grand et intéressant pour une thèse.

Quand j’ai commencé à recenser les préfaces, j’ai fait un tableau où j’ai décrit toutes les pièces liminaires : pièces anonymes, signées par Gryphe, signées par un autre auteur. Aujourd’hui, j’ai une base quasi complète sur les pièces liminaires. L’étude de ces pièces sera donc mon sujet de thèse, dans une optique assez clairement historique et statistique dans le but de déterminer  les choix de l’imprimeur : nouvelles pièces, reprise d’anciennes…, les réseaux de préfaciers…

J’ai donc maintenant une idée de sujet, j’ai des données à exploiter, reste à trouver un ou une directeur de thèse.