Fiche de lecture : Martine Furno, Qui écrit ?

Martine Furno introduit cet ouvrage collectif par une différenciation entre l’auctorialité et l’autorité. Dans des travaux de recherche comme ceux de Foucault (1976: les mots et les choses et 1994 : Qu’est-ce qu’un auteur ?, in Dits et écrits, tome I) ou ceux de Chartier (1996 : Figures de l’auteur, in Culture écrite et société. L’ordre des livres : XIV-XVIIIe siècle), la notion d’auctorialité est au cœur de la définition de l’auteur, permettant une réflexion sur son statut social. «Ces études sur les figures d’auteur se sont fondées essentiellement sur deux modes de définition de celui-ci : une définition qu’on peut dire interne par l’acte d’écrire et l’objet produit, et une définition qu’on peut dire externe, à travers la lecture du texte et le regard de ce même lecteur sur l’auteur.» Martine Furno, p9-10.

Si on peut mener une réflexion sur Gryphe en tant qu’auteur, ce ne sera pas à partir du statut social qu’il aurait pu acquérir par l’écriture. De fait, s’il est reconnu pour ses qualités érudites de connaissance des lettres anciennes, il ne fait pas pour autant partie du cercle des humanistes. Lecteurs et auteurs (qui en général appartiennent au même milieu) ne le considèrent pas comme auteur. Sa propre production de texte se restreint à ce que nous savons aux quelques préfaces qu’il ajoute à certains des ouvrages qu’il publie. Ce n’est pas le cas de tous les éditeurs. Josse Bade a ainsi écrit un ouvrage sur les lettres en plus du nombre impressionnant de préfaces qu’il a signé. Par ailleurs, le contenu des préfaces de Gryphe ne peut pas être considéré comme un réel acte d’écrire, engageant l’individu par l’écriture dans l’expression à la fois de son être et de son monde. Non, Gryphe, introduit les ouvrages qu’il préface, il les conseille et les justifie. Point. Dès lors, s’interroger sur l’écriture pour Gryphe doit se faire sous un autre angle.

En cela, Martine Furno propose une réflexion sur l’autorité, plutôt que sur l’auctorialité. La question de l’autorité se pose alors en diverses situations floues : « carrefours techniques », « carrefours de personnes » (sociétés savantes), « carrefours de lecteurs » où l’autorité n’est pas reconnue par le lecteur mais par des groupes en charge d’indiquer au lecteur ce qui a autorité et doit être lu. « Les travaux présentés ici ont donc cherché à nommer et identifier les mains multiples, non tant purement rédactionnelles qu’éditrices, du livre et du texte, en ces périodes où tant d’autres que l’auteur signant participent à l’élaboration de l’ouvrage sans nécessairement laisser de traces explicites de leur travail. » Martine Furno, p 10. Il s’agit donc bien d’étudier le livre sous son aspect collectif et de replacer les préfaces de l’imprimeur non pas par rapport à l’imprimeur lui-même mais dans l’entreprise collective que représente l’ouvrage publié. Gryphe n’est donc pas tant auteur que participant à la transmission des idées de ces auteurs au sens strict et en tant que tel non seulement mérite d’être étudié, mais encore peut éclairer la compréhension des mécanismes et des réseaux en acte dans la République des Lettres.

Ainsi pour Martine Furno, il s’agit de replacer l’imprimerie dans son rôle et dans sa participation à cette époque faste pour l’écrit et la pensée. « Sans contester non plus ni ressasser l’idée elle aussi reçue et juste que l’imprimerie a lentement mais sûrement modifié la pensée, nous avons voulu mieux comprendre, au moins pour une période, le modus operandi de cette influence. » Martine Furno, p14. Si les préfaces sont l’occasion pour l’imprimeur d’expliquer son projet, de le contextualiser, de remercier des partenaires financiers ou intellectuels, de régler des comptes…alors, leur étude ne peut qu’éclairer les différentes étapes de la constitution d’un ouvrage et les rôles de chacun : l’imprimeur supportant un projet, le correcteur améliorant la qualité de l’ouvrage, les lettrés collaborant à la correction intellectuelle de l’ouvrage, le réseau de l’auteur l’aidant à former ses copies et enfin l’auteur en rédigeant la substantifique moelle.

L’introduction de Martine Furno se termine sur une citation de Robert Estienne dans la Bible de 1528. En effet, celui-ci terminait près de toutes ses préfaces liminaires par les mots suivants : « Perlege igitur, Candide lector, ac laboribus nostris fruere. Et si quando a nobis cessatum sit, aut etiam erratum, ut sumus homines, boni consule. Vale. » ou selon la traduction de Martine Furno : « Lis donc tout au long, sincère lecteur, et profite de nos travaux ; et nos quelques négligences, et même nos erreurs, accepte-les, car nous sommes hommes. Porte-toi bien. » p 14. J’ai bien envie de vous faire la même injonction, en vous invitant même à corriger mes erreurs ou négligences. Faisons nous aussi œuvre collective et après tout c’est bien là l’idée de ce carnet d’hypothèses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *