Chemins détournés

il y a un an déjà, en février dernier, j’ai visité le musée de la Reine Sofia à Madrid et j’en ai profité pour faire un tour dans sa librairie. Complètement par hasard, je suis tombée sur la traduction en espagnol de « Mes livres » de Girolamo Cardano. Par curiosité mais aussi parce ce que je savais que Gryphe avait publié au moins un ouvrage de cet auteur (un peu par culpabilité aussi, car après tout j’étais à Madrid pour faire de la recherche sur Gryphe, pas pour écumer les musées), j’ai cherché dans l’index de l’ouvrage si Cardano parlait de Gryphe ; c’était le cas. Cardano évoque les deux de ses ouvrages qui paraissent chez l’imprimeur lyonnais.

Girolamo Cardano (source Wikipédia)

“[15.1] De este mismo borrador saqué materia para el libro « de animi immortalitate », cuyo comienzo rez : « saepe ac diu dubitatum est, an animes hic noster ». Abarca 90 hojas. Lo estampó Gryphius el año 1545, tal como con el otro había hecho Juan Petreyo el año precedente. Ensaña esta obra que nuestra alma es immortal y que, según el general consenso de todos los sabios, va pasandos de un hombre a otro tras la muerte, además de otras cosas, da razón tambien de muchas maravillas que acontecen en torno a las imagenes de los muertos. El libro rebosa de erratas, aunque insignificantes, y no ha encajado en lugar propio, ya que al seguirle detràs las destintas secciones del « Theonoston » ha perdido lustre, aunque sigue siendo agradable de leer.

Por el mismo procedimiento, a partir de los borradores sobrantes del « De Consolatione », determiné realizar un libro al que llamaría « Consolatio amantium », pero me ocupé en cosas más importantes y lo dejé. [16.2] Sin embargo, acabé el primero de los « Contradicentium <medicorum libri> », que imprimío Ottaviano Scoto. Luego, otra vez hice la mismo y sacó una segunda edicíon Gryphius. Son ocho libros y ya están revisados y corregidos los primeros de modo que no falte nada. La obra entera consta de 400 hojas y el comienzo es : « Excrementa quae ». fue esta obra necessaria, además de util, pues procede de modo que uno haga mencíon de muchos autores a la vez y no abriguemos dudas sobre qué libros son dignos de confianza y cuáles son apócrifos a de autores menos célebres, a fin de conocer en qué casos conviene esto o lo otro.Por entonces comencé a enseñar medicina en Milán con un sueldo bastante considerable para la época, para la ciudad y para quien antes no había enseñado en parte alguna : como que me pagaban ciento ciucuenta coronas de oro. Contaba yo 43 años de edad. »

Je donne ici une traduction assez mauvaise puisque l’espagnol n’est pas une langue que je maîtrise, loin de là. Heureusement, j’ai eu de l’aide d’une amie espagnole pour les parties qui me paraissaient un peu difficile ? Cela dit, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques si vous voyez non seulement une meilleure traduction, mais surtout de grosses erreurs de compréhension.

« [15.1] Du même brouillon, j’ai tiré une matière pour le livre « de animi immortalitate », dont le commencement est : « saepe ac diu dubitatum est, an animes hic noster ». Il comprend 90 feuilles. Gryphe l’a imprimé en 1545, comme l’année précédente avait fait avec l’autre Juan Petreyo. Il est dit dans cette œuvre que notre âme est immortelle et que, selon le consentement général de tous les savants, elle passe d’un homme à l’autre après la mort et en plus d’autres choses, cette œuvre explique aussi beaucoup de merveilles qui arrivent autour des images des morts. Lelivre déborde defautes d’impression,bieninsignifiantes, et n’est pas à sa place dans le recueil, puisqu’en se trouvant derrière les différents chapitres du « Theonoston » il a perdu son éclat, bien qu’il soit encore agréable de le lire.

Par le même procédé, à partir des brouillons restants de « De Consolatione », j’ai décidé de réaliser un livre dont le nom sera « Consolatio amantium », mais je me suis occupé de choses plus importantes et j’ai abandonné le projet. [16.2] Cependant, j’ai achevé le premier jet du « Contradicentium <medicorum libri> », qu’imprimai Ottaviano Scoto. De nouveau, il en a été tiré une deuxième édition chez Gryphe. Ce sont huit livres, déjà révisés et corrigés, de façon à ce que rien ne manque. L’œuvre entière se compose de 400 feuilles et le commencement est : « Excrementa quae ». C’était cette œuvre nécessaire, en plus d’utile, puisqu’elle elle fait mention de beaucoup d’auteurs et enlève les doutes sur les livres dignes de confiance et les livres apocryphes des moins célèbres auteurs, pour connaître de quels cas cela ou l’autre convient. Ensuite, j’ai commencé à apprendre la médecine à Milan avec une solde assez considérable pour l’époque, pour la ville et pour celui qui n’avait encore montré aucune avance : j’étais payé près de cent cinquante couronnes d’or. J’avais alors 43 ans. »

L’ouvrage en question ne comporte pas de préfaces de Gryphe, mais il est toujours intéressant d’avoir des retours des auteurs sur le travail de l’imprimeur. Je m’intéresse notamment à cette question de la place du texte en question. Si j’ai bien compris ce que dit Cardano, la place du texte n’est pas celle qu’il aurait lui-même privilégiée. Pourquoi Gryphe ou l’éditeur scientifique qui a accompagné la publication de cet ouvrage chez Gryphe a-t-il décidé de le changer de place ? Quelle que soit la réponse, il est évident que le travail de l’éditeur n’est donc pas seulement la mise en forme typographique mais aussi la mise en forme intellectuelle de l’ouvrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *