XML, Gryphe et moi

à l’invitation de Raphaële Mouren (enssib), j’ai participé à la journée Biblyon 2012. Le véritable titre de ma participation était : « Problèmes méthodologiques et techniques pour le traitement des préfaces de Sébastien Gryphe », mais au fond tout se réduit à savoir quelles relations Gryphe, XML et moi allons bien pouvoir entretenir.

Illustration utilisée pour la communication autour de Biblyon 2012

Comme je débute sur ces questions, je pense que mon intervention n’a pas été bien claire. J’ai surtout cherché à mettre en avant les questions que je me posais, sans y apporter nécessairement de réponse. Disons que tout ceci est en construction.

Je n’ai pas rédigé de texte de mon intervention, mais je vous mets ici un document qui reprend les étapes de celle-ci dans un style assez télégraphique, mais qui néanmoins peut vous donner une idée de ce qui a été présenté.

Intervention biblyon 2012 r bats

View more presentations from Knitandb b

 

Au final, qu’en est-il de mes relations avec XML ? De faire cette intervention m’a permis de poser sur le papier des étapes à suivre, de prendre conscience de ce que j’aurais à réaliser pour mener une édition numérique des préfaces de Gryphe. Je pense maintenant pouvoir préparer un projet rédigé pour le département informatique de mon école et croiser les doigts ensuite pour que le projet oit retenu et que je bénéficie de leur aide et surtout de leurs compétences.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises dans l’intervention, il s’agit aussi de faire de la recherche en collectif et non plus isolée, comme nous le sommes souvent et ce faisant de faire un pont avec la démarche collaborative qu’était la publication d’un ouvrage du temps de Sébastien Gryphe.

 

Bibliothèques numériques : des outils à ne pas rater

Je me suis rendue compte que si je pense à consulter les catalogues des bibliothèques lyonnaises et parisiennes, le sudoc, les bases de données pour trouver des articles, voire même les catalogues internationaux (OCLC, KVK…), j’ai mis complètement de côté la consultation des bibliothèques numériques. Je vous propose donc un petit tour d’horizon de bibliothèques numériques à ne pas oublier de vérifier.

1)      Gallica : ça tout le monde y pense en France. On y trouve beaucoup de chose et surtout la possibilité de créer sa propre bibliothèque numérique, dans laquelle je peux indexer les ouvrages que j’y ajoute, ajouter des étiquettes, commenter, annoter…Ce service est vraiment très bon. Si vous vous intéressez plus largement à ce que propose Gallica, n’oubliez pas de vous abonner au fil RSS de leur blog.

2)      Europeana : là personne n’y pense ou presque. Et c’est dommage, car europeana ne conserve pas que des livres mais réunit tout un patrimoine numérisé venant de bibliothèques, archives, musées…Si bien qu’on y trouve des choses étonnantes : tel ce portrait de Gryphe, trouvé sur Europeana, indexé gryphe par la Bild Archiv Marburg. Sachez que vous pouvez écrire aux différents participants d’Europeana, comme vous écririez à votre bibliothécaire, pour avoir plus d’informations sur un document. C’est ce que j’ai fait pour ce fameux portrait. Malheureusement, personne n’a pu me renseigner sur l’ouvrage originel dans lequel est gravé ce portrait. D’ailleurs, je lance ici un appel, si quelqu’un a déjà vu cet ouvrage, faites-moi signe.

 »]

3)      Hathi Trust : c’est un partenariat entre des institutions de recherche et des bibliothèques américains qui dans l’objectif de préserver l’accès libre à un patrimoine numérisé ont monté cette bibliothèque numérique qui comporte plus de cinq millions d’ouvrages.  Là aussi, vous pouvez ouvrir votre propre bibliothèque numérique : « My collections ». Cette bibliothèque ne vous permet pas de télécharger le PDF de l’ouvrage mais vous pouvez le consulter en ligne. A vrai dire, vous ne pouvez pas faire grand-chose d’autre, mais c’est déjà bien utile.

4)      Google Books : Oui, c’est google, mais bon, c’est un bon moyen de trouver des ouvrages et de les consulter rapidement. Google propose le service « My library » pour constituer votre propre bibliothèque. Ce service vous est proposé dès la page de recherche, ce qui est bien pratique. Vous pouvez commenter l’ouvrage en général et le ranger dans des catégories précises (à lire, lu…) mais pas l’annoter ou lui ajouter des étiquettes. Ça set donc surtout à entreposer ce que vous trouvez et à ne pas le rechercher à chaque fois.

Il existe bien entendu tout un tas de bibliothèques numériques dans les bibliothèques nationales et bibliothèques universitaires. A vous de jouer si vous voulez aller plus loin.

Raphaëlle

De peu assez

En mai 2009, j’ai participé à une journée d’étude, joliment nommée « De peu assez« , sur les éditions lyonnaises du 16ème siècle. Je suis intervenue au sujet de Gryphe (étonnant, non ?) pour faire un point sur l’avancée des travaux. Il ne s’agissait pas de donner des analyses mais plutôt de montrer la méthodologie suivie et les résultats à la date de la journée d’étude.

De peu assez, affiche de la journée d'étude

Les articles devaient être publiés mais cela a pris du temps et j’ai finalement rendu un texte en mai 2010 avec une actualisation des résultats. Nous sommes aujourd’hui en mai 2011, les articles vont être publiés sous forme de PDF. En avant première, voici le texte de mon intervention, mis en page par la BIU-lsh :

R. Bats – Ecrire ou ne pas écrire

Le texte est sous licence creative commons : Paternité/Pas d’Utilisation Commerciale/Pas de Modification

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques.

Raphaëlle

PS : dès que j’ai l’information sur le lieu de dépôt de tous les articles de la journée d’étude, je vous en ferais part.

Du temps et de la recherche

Je passerai sur mes péripéties pour obtenir la carte de chercheur de la Bibliothèque Nationale d’Espagne pour me consacrer à un petit point méthodologique à l’usage de ceux qui font le même type de recherche que moi. Chercheurs-ses confirmé-e-s, vous savez déjà ce qui va suivre.

source google image

J’avais trouvé dans Sybille Von G. qu’une quarantaine des ouvrages que je cherchais était à la BN d’Espagne. Mais sur le catalogue de la dite bibliothèque, je n’en avais trouvé que la moitié. Il m’a été confirmé par mail que tous les ouvrages du 16ème n’étaient pas catalogués et qu’il existait un catalogue papier. Je vous invite à ne jamais vous satisfaire du catalogue en ligne (l’OPAC dans le langage des bibliothécaires).

Certaines bibliothèques ont mis leurs catalogues manuscrits sur des fiches cartonnées dactylographiées au 19ème-20ème. Aujourd’hui, une partie de ces fiches sont sur l’OPAC. Vous devez donc vérifier : l’OPAC et les fiches cartonnées. Attention, les fiches cartonnées ne sont pas toujours dans des meubles de bibliothèques, elles peuvent être réunies, photocopiées et reliées dans des cahiers classés par nom d’auteurs alphabétiquement ; c’est le cas à la BN d’Espagne.

D’autres bibliothèques n’avaient pas fini de passer tous les catalogues manuscrits dans les fiches quand elles se sont mises à faire le catalogue en ligne. Il vous faudra donc vérifier : l’OPAC, les fiches et les catalogues manuscrits.

Du point de vue du temps de la recherche, ces ouvrages non accessibles sur l’OPAC ont des conséquences. D’une part, il vous faut compter dans votre temps de visite à la bibliothèque, le temps de dépouillement de ces fameux cahiers, catalogues et autres fiches cartonnées. La recherche dans ce type de catalogue est assez fastidieuse et demande du temps.

Ensuite, les bibliothécaires vont profiter du fait que vous les demandiez pour ajouter une ligne rapidement dans l’OPAC. En d’autre terme, vous servez vraiment la science en demandant un livre non disponible dans l’OPAC, puisque grâce à vous, il va maintenant s’y trouver. Mais évidemment, cela implique que l’ouvrage au lieu de vous parvenir dans les 20 minutes habituelles, va mettre 30 minutes. Ce n’est pas grand-chose 10 minutes par ouvrage, sauf quand on doit en voir 40.

Pour finir, ces fameux livres catalogués peuvent être dans des réserves hors de la ville. C’est le cas pour certains livres de la BN d’Espagne qui sont à l’Alcala. Parfois, ces ouvrages éloignés ne sont pas livrés le samedi. Aussi après avoir dépouillé le catalogue manuscrit ou dactylographié, pensez-à demander si certains ouvrages sont plus longs à commander pour commencer par ceux-là.

En ce qui me concerne, il m’a fallu une journée pour m’inscrire, une matinée pour dépouiller, 2 jours pour consulter (y compris l’attente des ouvrages) et à la fin, je n’ai pas pu commander les 5 derniers livres de ma quarantaine à voir. Ils étaient à l’Alcala. La prochaine fois, j’irais une semaine entière !

Raphaëlle

ça avance mais tout reste à faire…

Je n’ai pas beaucoup avancé ce dernier mois. J’ai trié les ouvrages qu’il me reste à consulter entre ceux qui sont à la BnF où je me rends mi-mars et ceux qui sont à la Bibliothèque Nationale d’Espagne où je pars fin mars. En avril, je devrais y voir plus clair sur ce qu’il reste à consulter.

Sinon, je viens d’apprendre qu’il y a un fonds très important de Gryphania (j’ai découvert le mot au passage) à la bibliothèque universitaire de Manchester. J’irais certainement y jeter un coup d’œil dans l’année. Je n’ai pas encore croisé la liste de tous les Gryphe conservés et catalogués dans cette bibliothèque avec celle transmise dans le dernier article de ce blog. Mais c’est prévu.

Parallèlement, j’ai entrepris de faire une base de données pour pouvoir croiser auteurs des ouvrages, titres, auteurs des préfaces, langues, discipline…ça me donne l’occasion de nettoyer et d’harmoniser tous mes fichiers Excel, notamment pour les noms des auteurs, les formes de titres…Evidemment, j’aurais dû faire ça proprement dès le début, mais selon les éditions, les noms des auteurs sont écrits différemment sur la page de titre et je les avais retranscris tels quels. Au final, j’ai repoussé le moment de faire ce nettoyage, mais le printemps arrive et je dois m’en occuper.

Pour finir, j’ai reçu hier un cadeau : Les arrière-boutiques de la littérature : Auteurs et imprimeurs-libraires aux XVIè et XVIIè siècles, sous la direction de Edwige Keller-Rahbé, Presses universitaires du Mirail, 2010. si vous le cherchez dans une bibliothèque, voilà la liste de celles qui l’ont acheté et sinon, voilà la notice sur Amazon.

Bon, ce petit point sert surtout à faire vivre le blog, vous donner quelques infos glanées deci-delà et me remettre en tête ce que je dois faire urgemment.

Raphaëlle

La liste des éditions

Le travail de correspondance entre les n° de pages chez Baudrier et les n° attribués par Sybille von Gultlingen aux ouvrages de Sébastien Gryphe est terminé. Nous sommes en mesure de vous donner la liste des ouvrages que nous connaissons à ce jour.

Liste des éditions de Sébastien Gryphe

Nous y avons déjà ajouté des ouvrages non répertoriés par les deux bibliographes, mais que nous avons pu consulter dans des bibliothèques. Cette liste sera petit à petit être complétée par d’autres trouvailles que nous ferons. Nous consulterons aussi le travail fait dans BEL XVI sur Sébastien Gryphe.

On compte déjà 1436 entrées dans ce fichier, soit 1436 ouvrages à consulter et pour lesquels noter la présence ou non de préfaces et de pièces liminaires. Nous en avons déjà vus 1102 et il nous reste 334 ouvrages à voir. Nous avons l’ambition de terminer ce recensement d’ici juin 2011.

En attendant d’avoir fini cette étape de collecte, nous allons consacrer une partie des articles suivants à vous présenter les préfaces signées par Sébastien Gryphe lui-même que nous avons pu trouver au fil de nos recherches.

à suivre, donc…

Raphaëlle

L'étape 1 : lister les ouvrages de Gryphe

Pour connaitre les ouvrages de Gryphe, nous avons à notre disposition deux sources :

Nous avons commencé par lister tous les titres répertoriés par Sybille Von Gultlingen dans un fichier excell reprenant le n° donné par Sybille von Gultlingen dans sa bibliographie, le titre, l’auteur, la date et deux des localisations connues en choisissant :

  • de préférence les villes à proximité : Lyon, Grenoble, Avignon
  • dans un deuxième temps : les bibliothèques parisiennes
  • dans un troisième temps : les villes où nous avons des attaches : Bordeaux, Toulouse
  • dans un quatrième temps : des villes qui ont déjà un fonds conséquent d’ouvrages de Sébastien Gryphe : British Library, BN Madrid, Cambridge.

J’ajoute par mesure de simplification que le n° donné par Sybille von Gultlingen a été renommé par nos soins le « n° Sybille ».

Ce que nous n’avons pas fait dans cette étape est de comparer la bibliographie Sybille Von Gultlingen avec celle de Baudrier. Nous allons ajouter une colonne à notre fichier excell pour le n° Baudrier.

Dès que ce travail sera fait, d’ici la fin de l’été, j’ajouterais le tableau dans une page « documents » de ce blog.

Raphaëlle

Par où faut-il commencer ?

La recherche qui sera décrite ici a démarré il y  déjà 3 ans. Les premiers articles de ce blog seront consacrés à rappeler différentes étapes de notre investigation. Mais avant cela, je voudrais faire le point sur ce que je cherche.

Marque de Sébastien Gryphe (source BIU-Lsh)

Sébastien Gryphe est un imprimeur et éditeur, renommé et reconnu, du 16ème siècle lyonnais. A de rares occasions, il a signé des préfaces aux ouvrages qu’il publiait. Ce sont ces préfaces, explicitement signées, qui nous intéressent.

  • Combien sont-elles ?
  • à qui sont-elles adressées ?
  • dans quels ouvrages sont-elles ajoutées ? Textes d’auteurs contemporains ou antiques ? Ouvrages en français ou en latin ?
  • Sont-elles le reflet de choix éditoriaux de Gryphe ?

D’autres questions surgiront : pourquoi quelque chose plutôt que rien, quand la préface signée par Gryphe est la seule pièce liminaire d’un ouvrage. Mais aussi pourquoi rien plutôt que quelque chose quand il n’y a aucune pièce liminaire dans un ouvrage…

Nous aurons certainement toujours plus de questions que de réponses, mais nous tâcherons de dessiner des hypothèses les plus cohérentes, les plus pertinentes pour approcher le travail de Sébastien Gryphe.