XML, Gryphe et moi

à l’invitation de Raphaële Mouren (enssib), j’ai participé à la journée Biblyon 2012. Le véritable titre de ma participation était : « Problèmes méthodologiques et techniques pour le traitement des préfaces de Sébastien Gryphe », mais au fond tout se réduit à savoir quelles relations Gryphe, XML et moi allons bien pouvoir entretenir.

Illustration utilisée pour la communication autour de Biblyon 2012

Comme je débute sur ces questions, je pense que mon intervention n’a pas été bien claire. J’ai surtout cherché à mettre en avant les questions que je me posais, sans y apporter nécessairement de réponse. Disons que tout ceci est en construction.

Je n’ai pas rédigé de texte de mon intervention, mais je vous mets ici un document qui reprend les étapes de celle-ci dans un style assez télégraphique, mais qui néanmoins peut vous donner une idée de ce qui a été présenté.

Intervention biblyon 2012 r bats

View more presentations from Knitandb b

 

Au final, qu’en est-il de mes relations avec XML ? De faire cette intervention m’a permis de poser sur le papier des étapes à suivre, de prendre conscience de ce que j’aurais à réaliser pour mener une édition numérique des préfaces de Gryphe. Je pense maintenant pouvoir préparer un projet rédigé pour le département informatique de mon école et croiser les doigts ensuite pour que le projet oit retenu et que je bénéficie de leur aide et surtout de leurs compétences.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises dans l’intervention, il s’agit aussi de faire de la recherche en collectif et non plus isolée, comme nous le sommes souvent et ce faisant de faire un pont avec la démarche collaborative qu’était la publication d’un ouvrage du temps de Sébastien Gryphe.

 

Bibliothèques numériques : des outils à ne pas rater

Je me suis rendue compte que si je pense à consulter les catalogues des bibliothèques lyonnaises et parisiennes, le sudoc, les bases de données pour trouver des articles, voire même les catalogues internationaux (OCLC, KVK…), j’ai mis complètement de côté la consultation des bibliothèques numériques. Je vous propose donc un petit tour d’horizon de bibliothèques numériques à ne pas oublier de vérifier.

1)      Gallica : ça tout le monde y pense en France. On y trouve beaucoup de chose et surtout la possibilité de créer sa propre bibliothèque numérique, dans laquelle je peux indexer les ouvrages que j’y ajoute, ajouter des étiquettes, commenter, annoter…Ce service est vraiment très bon. Si vous vous intéressez plus largement à ce que propose Gallica, n’oubliez pas de vous abonner au fil RSS de leur blog.

2)      Europeana : là personne n’y pense ou presque. Et c’est dommage, car europeana ne conserve pas que des livres mais réunit tout un patrimoine numérisé venant de bibliothèques, archives, musées…Si bien qu’on y trouve des choses étonnantes : tel ce portrait de Gryphe, trouvé sur Europeana, indexé gryphe par la Bild Archiv Marburg. Sachez que vous pouvez écrire aux différents participants d’Europeana, comme vous écririez à votre bibliothécaire, pour avoir plus d’informations sur un document. C’est ce que j’ai fait pour ce fameux portrait. Malheureusement, personne n’a pu me renseigner sur l’ouvrage originel dans lequel est gravé ce portrait. D’ailleurs, je lance ici un appel, si quelqu’un a déjà vu cet ouvrage, faites-moi signe.

 »]

3)      Hathi Trust : c’est un partenariat entre des institutions de recherche et des bibliothèques américains qui dans l’objectif de préserver l’accès libre à un patrimoine numérisé ont monté cette bibliothèque numérique qui comporte plus de cinq millions d’ouvrages.  Là aussi, vous pouvez ouvrir votre propre bibliothèque numérique : « My collections ». Cette bibliothèque ne vous permet pas de télécharger le PDF de l’ouvrage mais vous pouvez le consulter en ligne. A vrai dire, vous ne pouvez pas faire grand-chose d’autre, mais c’est déjà bien utile.

4)      Google Books : Oui, c’est google, mais bon, c’est un bon moyen de trouver des ouvrages et de les consulter rapidement. Google propose le service « My library » pour constituer votre propre bibliothèque. Ce service vous est proposé dès la page de recherche, ce qui est bien pratique. Vous pouvez commenter l’ouvrage en général et le ranger dans des catégories précises (à lire, lu…) mais pas l’annoter ou lui ajouter des étiquettes. Ça set donc surtout à entreposer ce que vous trouvez et à ne pas le rechercher à chaque fois.

Il existe bien entendu tout un tas de bibliothèques numériques dans les bibliothèques nationales et bibliothèques universitaires. A vous de jouer si vous voulez aller plus loin.

Raphaëlle